vendredi 2 mars 2012

22 - Notre Ecole de Saint André est un vrai royaume



Tous ceux qui sont allés à l'école à Saint André sont pleins de souvenirs. 
L'ecole des Soeurs, nos Anciens en parlaient et on se souvient du nom des soeurs. Soeur Amarine entre autre ! Cette école était dans la grand rue. ( voir la monographie du Chanoine Lamoureux sur Saint André)
Puis il a eu l'ecole publique, tout en haut du village marquée par deux instituteurs , mais sans oublier les autres, à qui nous devons notre apprentissage de la lecture et de l'écriture, et bien plus ! 
Joseph Louis Glas, l'instituteur poète et Georges Blanc.

Quelques mots sur l'un et l'autre et quelques photos souvenirs en fin de cet article : 

1/ Joseph Louis Glas,  instituteur " communal" à Saint André de Majencoules, était poète et félibre. 
Ses oeuvres ont été publiées en 1890 par l'Imprimerie typographique Lafare frères à Nîmes; dans un recueil intitulé: " Un félibre Cévenol - poésies patoises de M.Glas"
Il avait épousé , à St André, Marie Dumas. Le couple eut une fille Marie-Joséphine qui avait épousé, le 1er mai 1828, également à Saint André, Louis Mignot, le frère de Maurice François Mignot mon aïeul.

Marie-Joséphine Glas avait épousé en 1855 Joseph Colombel. Sont issus de ce mariage deux enfants. 
Le premier : Henri Charles Colombel marié à Octavie Virginie Ruas parents de "notre" menuisier de Saint André "Charles " Henri Pierre Colombel lui même marié à Marie-Louise Boisson de cette famille nombreuse des Boisson qui a donné de nombreux cousinages sur Saint André, les Boisson, les Rouger, les Flavier du Mas entre autres mais aussi une descendance Colombel . 
Le deuxième enfant : Marie-Charlotte Colombel mariée en 1884 avec Pierre Antoine Portalès dont la descendance est dans la famille de "notre" boucher du village Félix Caizergues. 
M.Glas est décédé en 1866.
Il a composé tout au long de sa vie de nombreux poèmes de circonstances, mais aussi des fables, dont quelques-unes inspirées du grand La Fontaine, dans lesquelles il exprime toute la verve et l'humour de son esprit cévenol. 
Quelques-uns se souviennent encore, à Saint André, d'avoir entendu débiter, dans les banquets de mariage, son fameux " Maïlet".
Dans " Uno Journado del Moilet". Notre spirituel félibre chante dans cette oeuvre, la plus longue qu'il ait écrite mais aussi la plus remarquable au point de vue poétique, les exploits gastronomiques d'un personnage avec qui il avait eu des démêlées et qui habitait le Pied-Méjean ( bas).
Il exhala dans cette pièce tout sa mauvaise humeur et sa vengeance. 


Aujourd'hui je vous propose seulement "la Terroblonquéso" pièce écrite sur l'air de la Marseillaise, en 1848, période de troubles auxquelles il fait allusion en écrivant cet hymne au bien vivre ! 

Je reviendrais une autre fois sur d'autres oeuvres. Peut-être faudrait-il envisager une reédition de l'ensemble?

Lo Terroblonqéso


( sur l’air de la Marseillaise)
Chanson de la Terre Blanche. Ce nom est donné au territoire de Saint André de Majencoules, à cause de la nature et de la couleur du sol. Cette parodie de la Marseillaise fut écrite en 1848 : elle eut un très grand succès dans les Cévennes ; on la chantait jusqu’en Auvergne

Onen, omits de lo boumbanço
Qu’oïmats d’estre o l’entour des plats,
N’oguès pas langui de pitanço
Lous copous voou toumba lordats
 ( bis )Fosès estoma los fourchettos
Fosès osuga lous coutels
Los bécassos, lous etournels
Romploçoroou los forinettos
Réfrin
Ormas vous de birous, de veires et d’embouts
Troouquas, fosès coula lou jus
Lo licou de Bocchus.

Din nostré péïs dé Cooucagno
Foren pas qué béouré et mongea ;
De trovoia oquo delagno
Es ouro dé si repoousa
 ( bis )
Oouren lo bousso bien gornido
Séren toutés de bouos enfans,
Et grassés coumo d’ourtoulans,
Ai ! moun Diou quanto bouono vido !
( réfrin )
Tromblas dindous, tromblas voulaio,
Lou poplé vous tostavo pas !
Servirès o faïre ripaio,
Vostré bec vous soouvoro pas
 (bis)
Los lèbrés séroou embrouchados,
Lous perdigals séroou ploumats
Los golinos entré dous plats,
Los loousettos seroou lordados !
(
 réfrin)

Anén, vénèz, grossos bédénos,
D’un poucel ni foguès pa dous ;
Espargnas surtout los tuffénos
Piquas fermé sus combojous
 ( bis)
Ré vous pouot pas coupa lo chiquo
Los orenquados, lou légun,
Et tout lou michan rofotun
Sou bonits de lo Républiquo.
(réfrin)
Lo libertat nous es dounado
Aro serén librés tout l’an
De beouré de vi ou d’oigado
Et d’oima lou rouge et lou blan ( bis)
Lous Porisiens oou fach justiço
D’un rey que nous ovié troumpats
Sérén pas pus encodenats
Qu’en de codénos de sooucisso !!!!
(réfrin)
M.Glas ancien instituteur de Saint André de Majencoules – Poésies patoises- Lafare ;Nîmes 1890


2/ Georges Blanc: 

Georges Blanc a marque à jamais la génération des 60/70 ans d'aujourd'hui. 

 Monsieur l’instituteur, on ne vous oubliera jamais »




photo© copyrigth Jean Mignot

Bien qu'ayant quitté son poste d'instituteur à Saint André en 1959, pour aller enseigner les mathématiques à Salindres, ses élèves de "la Communale" de Saint André, n'ont pas oublié Monsieur Blanc leur ancien instituteur.
Ils lui ont fait la suprise de fêter ses 80 ans ce dimanche 21 septembre 2008, au château de Saint André.
Le secret avait été bien gardé. C'est au chant de « Bonjour Mr le professeur » que Georges et son épouse, venus sous un prétexte d’exposition sur le ver à soie ont été accueillis par plus de trente anciens de la « Communale » accompagnés de leurs conjoints, qui ont tous gardé un si bon souvenir des sept années passées à l’école de Saint André.
Tout frais sorti de l’Ecole Normale, Georges Blanc avait choisi l’affectation à St André.
Enracinés en Cévennes, né au pays minier au Martinet, conteur talentueux, amoureux de la nature, excellent pédagogue, Georges Blanc a profondément marqué tous ceux qui l’ont eu comme instituteur. De nombreux souvenirs ont été évoqués par les uns et les autres au cours d’un apéritif et d’un repas amical, au cours duquel Georges Blanc fut fait « Chevalier de l’Ordre de l’Oignon doux de St André »


photo© copyrigth Jean Mignot
et reçu quelques cadeaux souvenirs dont un excellent livre « Sur les chemins de la soie » évoquant cette activité aujourd’hui disparue et que les anciens élèves réunis ce jour ont si bien connue.
Ce fut ensuite l’interprétation des chansons apprises à l’école, avant la photo traditionnelle sur les marches du perron du château. Monsieur l’Instituteur, on ne vous oubliera jamais !



photo© copyrigth Jean Mignot


Georges Blanc est décédé en ce début mai 2015. 
Quelques anciens élèves ont pu être présents à ses obsèques mardi 12 mai . 

"Monsieur Blanc on ne vous oubliera  jamais !"


50 ans avant voici qui fréquentait l'école de Saint André village :
Qui se souvient? Qui pourrait donner des dates et aussi des noms?




photo© copyrigth Jean Mignot


photo© copyrigth Jean Mignot


photo© copyrigth Jean Mignot

Qui pourrait donner les dates des années scolaires? 
Et aussi des photos qui suivent . Merci ! 



photo© copyrigth Jean Mignot


photo© copyrigth Jean Mignot

A la Croix du Mazel, au château des Pauses.
Probablement une sortie " catéchisme"
photo© copyrigth Jean Mignot


Si vous avez des photos ne les gardez pas pour vous. Si vous nous les confiez, elles pourront être scanées et publiées ici de façon que tout le monde puisse les consulter. Elles vous seront rendures ensuite sans aucun dommage. 

 copyrigth Jean Mignot


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez inscrire ici un commentaire. Il sera publié après vérification par le webmaster selon l'intérêt qu'il représente, avis/appréciation sur un article, question/demande de précision, contribution ou apport complémentaire. Merci !